Categories
Guides

Notre guide pratique pour choisir un chauffe biberon

Même s’il n’est pas obligatoire, un chauffe biberon peut vous gagner énormément de temps en fournissant un lait qui est toujours à la bonne température à votre bambin.

Pratique, efficace et assez abordable, le chauffe biberon se démocratise auprès de nombreuses mamans. Il peut vous gagner beaucoup de temps tout en proposant une chauffe très précise. Mais avant toute chose, sachez que ce n’est pas obligatoire d’en avoir. Vous pouvez le faire à l’ancienne, mais voyons les situations où vous devez avoir du lait pour votre petit.

Est-ce que vous avez besoin d’un chauffe biberon ?

Il est 1 heure du matin et vous entendez des pleurs qui réclament votre attention et surtout son lait. Et pas de chance, c’est votre tour de se lever. Vous avez plusieurs options. Vous prenez l’enfant et vous allez mettre le biberon dans l’évier sous une eau tiède jusqu’à ce qu’il ait la bonne température. Ou vous avez déjà un bol d’eau chaude déjà prêt et vous plongez régulièrement le biberon pour le chauffer. Et troisième option, vous prenez un chauffe biberon.

Les deux premières options, les mamans l’ont pratiqué depuis des décennies. Mais cela nécessite une attention constante en ayant le petit bout de chou dans les bras qui est en train de pleurer dans la nuit la plus noire. On vous le dit, c’est la meilleure recette pour être d’une humeur terrible le matin. Comme de nombreux apports technologiques, le chauffe biberon ne révolutionne pas quoi que ce soit. Mais il vous gagner du temps et il permet de mieux gérer les fringales nocturnes de votre petit dernier.

Les critères pour choisir un chauffe biberon

Il y a quelques critères quand on choisit un chauffe biberon.

  • La sécurité et la qualité du lait – Bien sûr, la sécurité est prioritaire pour votre enfant. Donc, un biberon trop chaud pourrait le bruler, mais la qualité nutritive du lait est aussi importante. Comme une règle, on estime que votre biberon et donc, le lait doit être environ à 37 degrés Celsisus, soit grosso modo, la température corporelle.
  • Efficacité – Votre chauffe biberon, vous l’avez acheté pour gagner du temps. Donc, il doit être rapide et consistant. On a vu des modèles qui chauffent rapidement le biberon, mais la température n’est pas répartie de manière homogène. Donc, cherchez un modèle qui englobe bien tout le biberon.
  • La polyvalence – En général, les chauffes-biberons sont assez larges pour accepter n’importe quelle bouteille. Mais on a vu des fabricants vicieux qui avaient une taille fixe pour qu’on achète leur propre biberon. Donc, regardez si la taille est suffisamment large.
  • Portabilité – Certains chauffe-biberons peuvent se brancher à l’allume-cigare ou un adapteur DC. Cela vous permet de l’emmener dans vos déplacements. De plus, choisissez un modèle compact pour qu’il se niche bien dans un coin dans votre cuisine.

Eau chaude ou vapeur ?

Vous avez deux types de chauffe biberon. Celui qui chauffe l’eau et celui qui fonctionne à la vapeur. Sans hésiter, prenez toujours le modèle avec l’eau chaude. L’eau chaude va recouvrir entièrement le compartiment et il va chauffer le biberon de manière uniforme. C’est un peu plus lent, mais largement plus efficace. La vapeur utilise un réservoir de liquide qui est chauffé par une plaque.

La vapeur peut augmenter rapidement en température. Le résultat est que vous risquez d’avoir l’extérieur du biberon qui est très chaud alors que l’intérieur est encore froid. De plus, le lait pourrait monter à 40 ou 45 degrés Celsius et vous perdrez ses éléments nutritifs.

Quels prix pour le chauffe biberon ?

On peut trouver des modèles abordables de nos jours. Les prix varient de 25 euros jusqu’à 100 euros pour les plus chers. En général, le prix va varier selon les options de chauffe et les matériaux de l’appareil. Par exemple, certains chauffe-biberons peuvent accueillir plusieurs bouteilles pour en avoir en réserve. Après, c’est une question de design et de préférences personnelles.

Categories
Guides

6 astuces imparables pour choisir un prenom fille

Alors que j’étais tranquillement assis pour regarder ma série, il y a une amie qui me demande si je n’ai pas d’idée pour trouver un prénom de fille. Ma première réflexion a été de sauter par la fenêtre pour m’enfuir, mais je me suis dit qu’on a toujours des astuces pour trouver un prénom de fille qui ne soit ni trop commun, ni trop exotique.

Vous avez différentes techniques pour trouver un prenom fille. La méthode pour les paresseux et ultra-facile, aller sur un site de prénom et prendre un de ceux qui sont les plus populaires. Et vous allez vous retrouver avec une énième Jade, Emma ou Chloé. Bonne chance pour la retrouver ensuite dans un centre commercial, car des Chloé, il y en a littéralement dans tous les coins de rue.

1 – Prenez un dictionnaire de prénoms

On va me dire qu’un dictionnaire de prénom est la même chose que le site de prénom, mais non. Je parle d’un vrai dictionnaire, genre édité par Larousse. Les sites de prénoms vont lister les plus populaires et cela change avec la mode. Avec un bon gros dictionnaire, vous allez pouvoir remonter dans le temps et vous faire une petite liste bien sympa. Prenez le temps de parcourir les prénoms et leur signification. Ce dictionnaire vous sera d’une grande utilité.

2 – Mode et prénom ne vont pas bien ensemble

Un prénom, on le garde toute la vie, la mode, on en change chaque saison. Les Emma viennent d’Emma Watson (si, si) et Jade parce que c’est un beau prénom tout en ayant une pincée d’exotisme. Mais aujourd’hui, est-ce que vous nommeriez votre petit comme Patricia, Martine, Pascale ou Laurence ? Et pourtant, c’était les prénoms les plus populaires dans les années 1960. Donc, évitez d’utiliser un prénom s’inspirant de la mode, notamment du Show Biz parce que ce sera démodé en quelques années. La carrière d’une actrice ou d’une chanteuse ne dépasse pas les 20 ans et encore.

3 – Faites une liste pour la réduire constamment

Une fois que vous avez votre dictionnaire, commencez par faire une liste de 25 ou 50 prénoms. Vous avez également la culture et l’origine qui sont importantes. Mais en général, les parents ont l’instinct d’éviter les prénoms totalement étrangers. On n’a pas vu beaucoup de filles françaises qui s’appelaient Pocahontas. La principale erreur dans la liste est que les parents la rallongent constamment.

C’est le contraire qu’il faut faire. Vous avez vos 25 ou 50 prénoms et vous devez réduire constamment. Si vous vous donnez 2 mois pour choisir un prenom fille, alors à chaque semaine, réduisez de 5 ou 10. À la fin, il n’en restera que quelques-uns et vous pourrez choisir plus sereinement.

4 – Un prenom fille selon la personnalité

Ce n’est pas parce que vous allez appeler Marie qu’elle gagnera des Nobels comme Marie Curie. Mais le prénom est souvent lié à la personnalité qu’on souhaite pour son enfant. Donc, il n’y a aucun mal à vouloir rêver les choses en grande pour sa petite dernière. Le prénom des femmes célèbres est une bonne piste, mais cela doit être lié au changement de la société ou de grandes découvertes humaines ou sociales. Ainsi, le prénom de Madonna ne correspond pas à cette définition.

5 – Un prénom long est toujours une mauvaise idée

Dans le temps, on disait qu’un prenom fille long avait de la classe et l’élégance. Mais on vous conseille d’éviter. Car il n’y a pas de meilleur moyen pour que votre fille se retrouve avec un surnom débile pour toujours. Ainsi, Cassandra devient Cass ou Cassie, Kimberley devient Kim ou Kimmy et pire encore Emmanuelle risque de devenir “Manu” ce qui a des consonances et un sens bien particulier dans la politique de nos jours.

Mais par exemple, Angeliqua est résistant à des surnoms, car cela pourrait devenir Angel ou même Angie, mais cela reste élégant quand même. Madeleine est aussi un bon exemple. Mais évitez Clothilde, car vous risquez d’entendre souvent : “Alors, comment va la petite cloclo” !

6 – La répétition est la clé

Vous avez trouvé le prenom fille de vos rêves. Il est parfait, beau comme le diamant et élégant comme la soie. Mais il est un peu difficile à retenir. Alors, notre astuce, surtout si vous ne voulez pas le révéler avant l’accouchement, est de le dire aux amis les plus proches. Un cercle très fermé où vous répéterez constamment le prénom.

Et une fois que la petite est là, ce cercle va proche va ancrer le prénom de tous les autres, car ils y seront habitués depuis des mois. Cela vous évite les surnoms idiots et surtout, cela empêche la hantise de tous les parents que quelqu’un d’autre leur pique le prénom qu’ils avaient mis des mois à dénicher.

Categories
Guides

5 conseils pour choisir un prenom garcon

Quand on va avoir un garçon, on ne se rend pas compte de la galère pour choisir un prenom garcon. Vous avez les suggestions de tous vos amis. Vos grands-parents vont se mêler de la partie, vous disant qu’il faut “préserver l’héritage de la famille” en le nommant Chamberlain. Ou encore, vous avez même des inconnus qui vous proposent des prénoms dès que le sujet arrive dans une conversation. À la fin, c’est les parents qui choisissent, même si le prénom peut sembler exotique ou trop commun. Et pour éviter ces deux choses, on vous propose quelques conseils pour trier.

1 – Les listes populaires du prenom garcon

Aujourd’hui, vous avez des sites entiers qui vous listent les prénoms de garçon les plus populaires. Ils vont même vous dire la signification du prénom, son origine et même sa numérologie si cela vous intéresse. Ainsi, à l’heure où on écrit ces lignes, les 5 prénoms garcon les plus populaires sont Gabriel, Raphael, Léo, Louis et Lucas. Ce sont des beaux noms et ces listes peuvent vous donner de bonnes pistes. Car si vous vivez dans un pays, possédant une forte diversité culturelle, vous aurez des prénoms asiatiques, arabes ou anglophones qui pourraient vous intéresser.

L’avantage de choisir un prénom dans ces listes est que vous pouvez le faire en quelques minutes. Évidemment, son principal inconvénient est que des milliers d’autres parents ont eu la même idée. C’est pourquoi, dans une salle de classe, vous pourrez avoir 10 Léo, 5 Arthur et 7 Bertrand. Le prénom deviendra si commun que vous entendrez le nom de votre petit garçon tout le temps. Mais encore, cela offre une bonne piste de départ.

2 – Suivre la tendance de la pop-culture

C’est aussi très utilisé pour choisir un prenom garcon. On suit la tendance de la pop-culture. Par exemple, Hugo est clairement lié à la culture de la mode avec Hugo Boss. Ne rigolez pas, pour certains parents, cette marque représente ce qu’ils veulent pour leur garçon. L’élégance, la classe et le luxe. Vous avez aussi des Cristiano qui ont été très populaires depuis quelques années. Évidemment, cela pose le risque qu’on va constamment lui demander s’il est aussi fort que Ronaldo.

Suivre la tendance de la mode n’est pas forcément une bonne idée. Mais le fait de suivre des tendances importantes peut être une bonne idée. Par exemple, si un politicien ou un activisme a marqué particulièrement une époque, alors son prénom va devenir très populaire. Les Martins ont fleuri après Luther King sans oublier les John après JFK ou encore Nelson pour Mandela.

Certains n’aiment pas suivre la tendance, mais dépendant de votre engagement dans la société, donner le nom d’un personnage célèbre peut être un superbe hommage. En revanche, Didier Mozart n’est pas vraiment une bonne idée. Donc, pour si le prénom signifie quelque chose d’important pour vous, sur le plan sociétal. Mais contre, si c’est celui d’une personnalité de la pop et du show-biz.

3 – Attention aux prénoms démodés

Est-ce que vous envisageriez de donner le prenom garcon de Gabin, d’Isaac ou encore d’Archie ? Ce conseil est combiné avec le précédent de choisir selon la mode. Car le principe d’une mode est qu’elle est temporaire. Les Gabins et les Archies étaient célèbres à une époque, mais c’est totalement démodé. Cela peut toutefois avoir un certain charme.

Si vous faites partie d’une famille de la haute et que vous voulez avoir de la classe, cela peut être utile. On remarquera que les grandes familles vont donner un prenom garcon assez exotique et élégant. Car le prénom est également une différenciation sociale.

4 – Faites gaffe aux surnoms

Bob ou Bobby pour Robert, Ed pour Edward, Momo pour Mohammad. Il n’y a pas pire plaire que le surnom. Car ce dernier est plus court et donc, plus facile à retenir. Et votre garçon l’aura sur le dos toute sa vie. Donc, choisissez un prenom garcon qui ne facilite pas les surnoms. Pour le faire, les parents choisissent exprès un nom assez long, mais c’est le moyen de tout faire rater. Donc, Théophile va devenir Théo, Frederic va devenir Fred. Il faut que le prénom soit moyen comme Cyprien ou Antonio.

5 – La culture est importante

Nous vivons dans une société de diversité culturelle et les prénoms ont tendance à se mélanger. Mais quoi que l’on dise, les prénoms dénotent la culture et l’origine de la famille. Des prénoms africains pour des africains, des prénoms arabes pour le Moyen-Orient. Par exemple, la communauté afro-africaine refuse d’utiliser des prénoms caucasiens, car cela fait partie de leur identité.

Ce n’est pas une règle établie, mais l’origine et la culture sont importantes pour un prénom. De plus, dans certains groupes, l’aspect religieux est important. Et le prenom garcon peut avoir une signification littérale pour les parents ou dans sa langue d’origine.

Categories
Guides

5 conseils pour choisir sa baignoire bébé

Avant de choisir une baignoire bébé, les mamans peuvent essayer différentes solutions. Vous avez la principale qui est de baigner l’enfant dans une baignoire pour adulte. Mais il peut y avoir des risques, car l’enfant peut couler assez facilement. Cependant, cela peut être une solution si vous voulez prendre le bain avec votre enfant. Pour beaucoup de mamans, c’est un moment intime de communion à partager avec leurs petits. Mais parfois, la baignoire bébé devient indispensable et voici quelques conseils pour bien choisir.

1 – Une taille adaptable au fil de l’âge

C’est sans doute le critère le plus important, mais choisissez une baignoire bébé convertible. Cela signifie que vous pourrez l’agrandir à mesure que votre enfant grandira. D’une part, cela permet d’avoir une baignoire confortable indépendamment de leur âge. Mais surtout, vous ne faites qu’un seul achat pendant des années. Si vous avez une baignoire bébé pour un enfant de 2 ans au maximum, cela signifie que vous devrez en acheter une autre à 4 ans et ainsi de suite.

2 – Privilégiez le plastique rigide

La baignoire bébé peut exister en différents plastiques. Et certaines marques privilégient un plastique mou ou flexible. Même si cela peut être plus confortable, ce type d’accessoire est difficile à nettoyer, car les traces ne partiront pas facilement. Un modèle en plastique rigide se nettoie en un coup de main et il ne se casse pas. Pendant leur bain, les enfants sont souvent turbulents et donc, ils pourront y aller avec leurs coups sur la baignoire, celle-ci va supporter le choc.

3 – Le modèle pliable

Vous avez beaucoup de baignoire bébé qui sont pliables. Vous devez les considérer uniquement si vous voyagez beaucoup. De même, si vous prévoyez de faire un long voyage sur plusieurs jours, alors cela peut être intéressant. Toutefois, sachez que ces baignoires sont moins résistantes que les modèles non pliables. Notre recommandation est d’acheter deux modèles. Le premier, standard, que vous allez utiliser tous les jours. Et le second pour les déplacements.

4 – Avec siège ou non ?

On a vu quelques baignoires avec des sièges. C’est pour aider l’enfant quand il peut se tenir assis tout seul. Toutefois, des associations de consommateurs considèrent qu’ils ne sont pas fiables. Car le siège peut se renverser et l’enfant peut boire la tasse. Donc, on vous conseille d’éviter.

5 – Évitez l’anneau de cou gonflable

Oui, ça existe et évitez la baignoire bébé avec cet accessoire. C’est un anneau gonflable qu’on met autour du cou de l’enfant pour éviter qu’il se noie, comme une bouée. Ce sont des accessoires qui sont arrivés en 2015, mais dont les marques les ont rappelés précipitamment la même année. Ça a été fait en catimini, donc évitez-les.

Quels prix pour une baignoire bébé ?

Les prix d’une baignoire bébé restent abordables. On commence à 20 euros et on peut aller jusqu’à 70 ou 80 euros si c’est nécessaire. Notre recommandation est de prendre un modèle dans la fourchette des 20 à 50 euros. C’est largement suffisant. Vous aurez du plastique rigide, des formats évolutifs et même quelques accessoires de bain.

Une surveillance constante est obligatoire !

Que ce soit des sièges ou des anneaux gonflables, c’est uniquement pour qu’un enfant puisse prendre son bain… tout seul. Ne le faites jamais. Aucun accessoire, ni même aucune baignoire bébé ultra-perfectionnée ne remplaceront la vigilance d’une mère. Ne laissez jamais votre enfant dans le bain tout seul, même pendant une nanoseconde.

Aujourd’hui, les mères sont souvent distraites par leur téléphone ou la sonnette de la porte. À chaque fois, sortez l’enfant de la baignoire, répondez à la porte et au téléphone et ensuite, reprenez le bain. C’est pourquoi, beaucoup de femmes font prendre leur bain à leur enfant dans une baignoire bébé, pendant des moments où ils ne sont pas dérangés.

Categories
Guides

Comment écrire un projet de naissance ?

L’accouchement est le moment le plus important dans la vie d’une femme qu’elle ait un ou plusieurs enfants. À chaque fois, c’est des mois de préparation pour que tout se passe dans les meilleures conditions. Les risques pendant l’accouchement sont minimes aujourd’hui, à cause des progrès de la médecine. Mais certaines femmes considèrent que c’est devenu une société hyper-médicalisée et que leurs propres désirs sont parfois négligés. Cela donne des accouchements frustrants, difficiles et parfois douloureux. C’est pourquoi on a le projet de naissance qui permet de transmettre ses doléances pour que cela se passe bien.

Qu’est-ce qu’un projet de naissance ?

Un projet de naissance peut être un document écrit ou des conversations qu’on peut avoir avec l’équipe chargée de votre accouchement. Le document écrit s’est popularisé, car cela permet de préparer l’accouchement sur plusieurs semaines avant le jour J. Une chose importante à noter est que le projet de naissance n’est pas des exigences. C’est plutôt des souhaits qu’on va transmettre à la maternité. Le document peut faire une ligne ou une page entière. Par exemple, certaines mères se contentent de mettre qu’elles ne peuvent pas de péridurale.

D’autres vont être plus détaillées. Ce qui importe est le confort et l’accompagnement que vous voulez pendant tout l’accouchement. Par exemple, dans certaines maternités, on interdit désormais au papa d’être présent. Et vous pouvez l’indiquer que vous voulez une personne proche pendant tout le processus.

Quand et comment transmettre un projet de naissance ?

Le projet de naissance doit se faire assez tôt et on recommande dès le quatrième mois de grossesse. Cela vous permettra de l’étoffer au fur et à mesure. Vous pouvez le transmettre à votre médecin chargé de l’accouchement ou l’équipe de maternité. Il n’y a pas de formulations spéciales, mais soyez aimable et non exigeant. Indiquez, au début du document, que vous respectez la profession médicale et la maternité, mais que vous voulez des souhaits dans la mesure du possible.

La plupart des mères vont se contenter des procédures médicales qu’elles n’aiment pas. Par exemple, qu’elles refusent l’épisiotomie même si cela provoque des dommages. L’équipe de maternité possède ses propres normes médicales. De ce fait, certains souhaits seront refusés. Ainsi, une mère peut indiquer qu’elle ne veut aucun toucher vaginal ou de monitoring, mais généralement, cela fait peser des risques sur la mère et l’enfant et donc, ce ne sera pas accepté.

Comment écrire un projet de naissance ?

Dans le projet de naissance, après les respects sur la profession médicale, écrivez vos souhaits un par un. Même si vous pensez que certains seront refusés, écrivez-les quand même, car le projet de naissance permet surtout de dialoguer avec l’équipe médicale. Par exemple, vous pouvez insister sur la lumière qui est aveuglante. Vous ne voulez pas qu’on emmène l’enfant dans une pièce séparée, même pour le lavement, après l’accouchement. Quand est-ce qu’il faut couper le cordon ombilical ?

Le projet de naissance peut aussi être extrêmement pratique. Ainsi, on a souvent vu des équipes médicales, poser constamment des questions à la mère, car il faut son consentement pour telle ou telle chose. Vous pouvez indiquer que les formalités administratives et médicales seront gérées par le papa, ce qui soulagera considérablement votre stress. De même, la mère peut demander qu’elle veuille un accouchement aussi naturel que possible même si cela occasionne du travail et de la souffrance en plus. Éviter tous les processus de facilitation et demander un confort optimal avant et après l’accouchement.

Le projet de naissance est essentiel si vous avez déjà eu un ou plusieurs enfants. Vous savez exactement les mauvaises expériences que vous avez vécues et vous pouvez les transmettre pour que cela ne se reproduise plus. L’accouchement est le moment le plus important de votre vie, ne laissez pas de place au hasard et établissez un projet de naissance.

Categories
Guides

Les avantages et les inconvénients de l’allaitement mixte

L’OMS recommande un allaitement exclusif pendant 6 mois, car cela permet de fournir tous les nutriments nécessaires. Le manque d’allaitement augmente la faiblesse du système immunitaire sans oublier le développement de la croissance. Toutefois, l’allaitement mixte commence à être pratiqué un peu partout dans le monde et on regarde ses avantages et ses inconvénients.

Qu’est-ce que l’allaitement mixte ?

L’allaitement mixte consiste à mélanger l’allaitement naturel et le biberon. La quantité de chacun dépend de la mère, mais également des recommandations de son pédiatre. Il y a plusieurs raisons de pratiquer l’allaitement et la plupart du temps, c’était des raisons médicales. Des douleurs au niveau de la tétée, des conduits bloqués dans les seins, une mastite qui est une inflammation du sein. Dans ces cas, la mère veut donner l’allaitement, mais elle ne peut tout simplement pas. Dans ce cas, l’allaitement mixte peut être d’un grand secours pour éviter que l’enfant ne soit en carence de lait maternel.

L’allaitement mixte n’est pas quelque chose de nouveau et il apparait dès les premières années industrielles. Ainsi en 1898, le docteur H. de Rothschild écrit un ouvrage où il détaille l’allaitement mixte. Et il le propose uniquement dans le cas où l’allaitement exclusif ne suffit pas. Ses doses sont d’une tétée toutes les deux heures pendant la journée et une fois par nuit. Ainsi sur 24 heures, vous allez entre 6 et 8 tétées. Selon ce médecin, ces tétées peuvent se faire au sein ou au biberon.

La diversité des aliments pour bébé

Il faudra attendre le 20e siècle pour que les femmes se libèrent un peu plus de l’allaitement. Un allaitement exclusif prend du temps et cela empêche la femme de vaquer à ses occupations. C’est pourquoi l’allaitement mixte va être très lié à l’émancipation des femmes, qui se produira pendant ce siècle. Désormais, la maman ne reste pas à la maison toute la journée, mais elle doit aussi travailler. Et l’allaitement est parfois interdit ou très restreint au bureau.

Les aliments pour bébé arrivent dans les rayons. De la compote, de la bouillie et autres composés, riches en nutriments, pouvant fournir que ce dont l’enfant a besoin. À partir, la pédiatrie va utiliser le terme d’allaitement partiel. Les aliments préfaits vont donner tous les nutriments et l’allaitement va servir d’appoint. Cependant, aujourd’hui encore, l’allaitement est recommandé dans les 6 premiers mois de l’enfant. On parle ici uniquement de la tétée au sein.

Dans certains pays, l’allaitement est moins fréquent. Car selon la culture, il faut que l’enfant consomme la cuisine traditionnelle. Vous avez les légumes et les viandes qui arrivent assez rapidement. Mais sans l’allaitement, cela pose d’énormes problèmes sur le développement de l’enfant. Dans ces cadres, l’allaitement mixte est un avantage non négligeable. Et le pédiatre doit discuter avec la mère pour intégrer l’allaitement, même en faibles quantités.

La liberté du sein

L’émancipation des femmes intriquée avec l’allaitement mixte. Ainsi, certaines femmes veulent que leur enfant ait tout le lait disponible, mais elles ne veulent pas donner le sein. C’est une pratique de plus en plus répandue dans les sociétés anglo-saxonnes. En France, on préférera la tétée au sein pendant les 6 à 8 mois et ensuite, on procède à un sevrage régulier. Mais l’inverse est également valable.

Pour des femmes qui doivent retourner au travail, assez rapidement, c’est aussi un bon moyen de revenir à l’allaitement. En effet en France, on a 25 à 30 % des femmes qui passent directement au biberon dès la naissance. Une pratique fortement déconseillée par l’autorité sanitaire. Pour les femmes qui veulent allaiter de nouveau, elles peuvent utiliser l’allaitement mixte.

Des inconvénients pour l’allaitement mixte ?

Il n’y pas vraiment d’inconvénients pour l’allaitement mixte. Du moment que l’enfant reçoit la quantité de lait dont il a besoin. Pour savoir si votre enfant a suffisamment de lait, consultez d’abord votre pédiatre qui va faire les examens nécessaires. Toutefois, il y a 3 signes qui sont assez nets. Le poids, les selles et l’urine. Le poids de chaque enfant est variable à la naissance et on a même une perte de 10 % pendant les premières semaines.

Mais si cela ne double pas dans les 6 premiers mois, alors il y a un manque de lait. Un enfant qui aura suffisamment de lait aura beaucoup de selles et d’urine. Un enfant bien nourri au lait fera caca au minimum 3 fois par jour. Il peut le faire une seule fois, mais disons que la taille sera conséquente. Dans tous les cas, si vous pensez que le lait est insuffisant, consultez régulièrement votre pédiatre afin de doser le lait et les autres types de nourriture.

Un autre inconvénient de l’allaitement mixte est l’habitude de l’enfant. Si l’enfant est habitué au téton, alors il aura dû mal à prendre le biberon. Et l’inverse est vrai. Si vous l’avez nourri exclusivement au biberon, alors il ne prendra pas toujours le sein. Il lui faudra du temps pour s’habituer, mais pendant cette période, sa quantité de lait nécessaire risque de diminuer.